Digitalisation des RH : Réalité ou utopie du management ?

Aujourd’hui, mettre en place un projet de digitalisation rh au sein de son entreprise semble être
une évidence. Mais pour la direction d’une entreprise, ce processus n’est pas toujours évident. De
nombreux acteurs doivent être inclus dans cette décision et il n’est pas toujours facile de les rendre
acteurs du changement.


Dans cet article, nous abordons la mise en place de projet de digitalisation avec Thierry Depois, ancien directeur de Europ Assistance et Europcar et qui travaille aujourd’hui sur un poste de consultant chezNeobrain. Grâce à son expérience de direction de groupe, nous allons en apprendre plus sur les projetsde digitalisation, sur les acteurs à onboarder, et sur les arguments à avancer pour les mettre en place.

Digitalisation des RH est-elle due à un effet de mode ?


On peut choisir de ne pas vivre au 21ème siècle mais ce n’est pas facile. L’ensemble de notre
environnement a évolué radicalement avec de la digitalisation à tous les niveaux. Dans notre vie
quotidienne on ne peut pas imaginer aujourd’hui d’aller chercher son chemin sans faire appel à Waze.
On ne peut pas non plus choisir de recruter en passant complètement à côté de systèmes comme
Linkedin ou Indeed. La digitalisation n’est pas un effet de mode, c’est beaucoup plus profond que cela.
La vérité c’est qu’il faut s’adapter.


Peut-être que d’autres secteurs ont été plus rapidement touchés. Spontanément, on dit que lorsque l’on traite des masses de chiffres colossales, c’est normal de faire appel à un ordinateur. Toutefois,
aujourd’hui cela touche à absolument tout.


Cette digitalisation passe également par une modification des comportements collaborateurs. L’impact de la culture des réseaux sociaux sur la relation entre les collaborateurs et l’entreprise est flagrant. Les attentes ont évolué. Aujourd’hui on doit prendre en compte de façon beaucoup plus concrète lasatisfaction des collaborateurs de l’entreprise. On ne peut pas passer à côté de l’individualisation de la relation. Il y a aussi des lois, notamment en ce qui concerne la GPEC qui rendent obligatoire la création de comptes CPF qui permettent d’individualiser la formation de chacun des collaborateurs et de faire en sorte que les collaborateurs puissent choisir les formations qu’ils veulent suivre.


Si l’on fait un faux pas, c’est très facile pour les collaborateurs de s’organiser, de faire des groupes de paroles qui sont susceptibles de mettre en évidence la qualité de la relation humaine en entreprise, donc on ne peut pas ignorer cela. Ce n’est pas un effet de mode, c’est une évolution normale qui suit la transformation de l’ensemble des relations humaines.

Digitalisation RH : un changement culturel pour les collaborateurs


On observe aussi une accélération dans les attentes des collaborateurs. Si j’exprime un souhait, j’attends que mon souhait soit pris en compte, mais j’attends aussi une réponse rapide. Or, on a obligatoirement une immédiateté avec les systèmes digitaux qui n’existant pas avec les questionnaires papiers et leurs traitements fastidieux.


Il y a eu et il y a encore chez beaucoup d’entreprises un passage intermédiaire ou l’on passe du papier à l’Excel et on essaye avec l’Excel de commencer à répondre de manière adaptée et de plus en plus individuelle, mais ça, c’est déjà de l’histoire ancienne. Aujourd’hui il est possible de faire beaucoup mieux et d’accélérer les processus RH tout en permettant une relation bien plus individualisée avec les collaborateurs.

Digitalisation des RH : quand doit-on se lancer ?


Eh bien tout de suite ! C’est disponible et si vous ne le faites pas, vos concurrents vont le faire. Il faut se rappeler que le principe de base d’une entreprise c’est d’être compétitif. Si vous renoncez à l’évolution, vous vous condamnez à disparaître assez rapidement. On ne peut même pas parler de choix, c’est juste une réalité à laquelle il faut s’adapter et à partir du moment où l’on en a pris conscience, le plus tôt est le mieux.


Aujourd’hui les plateformes proposées sont de plus en plus rentables. Les RH n’ont pas vocation à être source de profit. En revanche, comme tout centre de coûts, on veut en optimiser le fonctionnement tout en diminuant les frais fixes.


Pour lancer un projet de digitalisation rh, il faut de l’accompagnement. Il faut expliquer, accompagner, mettre partout dans l’organisation des capteurs qui permettent de savoir si les gens ont bien compris le projet et ils y adhèrent.


Il est aussi important de ne pas hésiter à faire sauter les freins en les traitant un par un, individuellement. J’ai le souvenir d’une opération que l’on avait mené chez Europe assistance à la suite d’une grève parce que les gens n’étaient pas contents de leurs conditions de travail. Nous avions identifié 200 petits points qu’il fallait améliorer et qui étaient de simples cailloux dans la chaussure, mais ce sont souvent ces petits cailloux qui font que les gros projets vont marcher ou pas selon qu’on les enlève ou qu’on les ignore.


On avait baptisé cela le projet T.A.L.C.  L’objectif était d’éliminer les «Tâches A La Con». Cela a beaucoup plu au gens, ils ont voulu que l’on refasse ça régulièrement. On avait identifié 200 points de détails que l’on a traité un par un. Cela a pris 4 ou 5 mois mais ça a radicalement changé l’appréhension des gens vis à vis de leurs conditions de travail et leurs rôles dans l’entreprise. Accompagner un projet de digitalisation c’est un travail de tous les instants.


Il faut écouter tous les acteurs, convaincre le management, traiter les objections, puis bien expliquer qu’il n’y a pas de retour en arrière possible. Sans aller jusqu’à faire ce que faisait les pirates en mettant le premier boulet dans la coque de leur bateau pour être sûr qu’on allait passer à l’abordage, il faut expliquer qu’on a décidé de le faire, et qu’on a décidé d’en faire un succès qui sera collectif.

En somme


Nous vivons actuellement dans un monde en pleine transformation, que ce soit au niveau des compétences, des métiers ou de l’organisation des entreprises. C’est pour cette raison que le passage au digital semble être un besoin. Il permet aux entreprises d’anticiper les besoins futurs tout en individualisant la relation avec leurs collaborateurs.


Toutefois, la mise en place de ces systèmes peut s’avérer compliquée car de nombreuses pièces sont requises pour faire fonctionner l’engrenage comme il se doit. C’est donc le rôle du responsable de projet de réunir les conditions de réussite pour mener à bien son projet.

Nos articles vous intéressent ?

Découvrez les minutes RH