Smart data RH… Pour enfin, disposer de données fiables !

Après l’avènement du big data, la smart data s’est imposée dans les RH. Son but : trier, affiner et croiser des données - beaucoup plus fines que celles inhérentes au big data - et les associer à des algorithmes pour disposer de données fiables. Grace à ces données, les RH vont pouvoir procéder à des modélisations ; analyser les causes de turnover, anticiper des trajectoires de carrières, comprendre le phénomène de rétention des talents…Bref, les RH font leur révolution numérique, et si la smart data sonne le glas des notes manuscrites et tableaux Excel tout le monde devrait en sortir gagnant !


La smart data … De quoi parle-t-on exactement ?

La smart data est une évolution logique du big data. Ce dernier, comme son nom l’indique, fournit en effet de gigantesques masses de données brutes. Son caractère est donc essentiellement quantitatif. Celui de la smart data devient qualitatif, en triant analysant et classant les données issues du big data. Une entreprise qui déploie une démarche de smart data utilisera ainsi des logiciels dédiés qui lui permettront de sélectionner des données fines et fiables, qui seront pertinentes dans le contexte précis où elle en a besoin.
Pour passer du big au smart data, le recours à l’intelligence artificielle ( IA) va permettre aux analystes de procéder :
- Au filtrage des données, et à la suppression de celles qui - au regard des l’objectifs fixés par l’entreprise - sont estimées inintéressantes,
- A la vérification des sources et de la validité des informations retenues. Pour effectuer cela les données retenues vont être comparées avec celles « certifiés » comme celles, par exemple, fournies par l’INSEE, des organismes publics ou certaines bases de données privées,
- Au triage et au classement des données retenues, selon des critères prédéfinis ; en termes, par exemple, d’âges, de compétences, d’habitudes de consommation, de géographie etc.


Pourquoi la smart data appliquée aux RH est-elle si vertueuse ?

Appliquée à la fonction RH, la smart data lui permet de s’appuyer sur des données fiables et, en ce sens, de travailler de manière plus personnalisée, plus proche, plus « intelligente » dans différents domaines :

- Des RH prédictives plus précises: la source d’information aussi fine que volumineuse que lui fournit la smart data permet à la DRH d’anticiper les mouvements des collaborateurs… Des analyses des données internes et externes qui vont s’avère particulièrement utiles pour les plans de gestion des compétences à court, moyen, et aussi long termes.
- Des RH plus objectives: la smart data permet en effet de mieux évaluer les talents, en ne supprimant pas la perception humaine, mais en l’alimentant de données rationnelles et vérifiées.
- Des RH plus agiles: tout comme l’entreprise incite le collaborateur à travailler avec toujours plus d’agilité et d’efficacité, ce dernier est en droit d’attendre tout autant de réactivité de la part de ses RH. La smart données, en raccourcissant les délais d’analyse facilite aux RH la prise de connaissance ; et de décision, lui permettant ainsi de faire preuve de beaucoup plus de proactivité.
- Des RH plus personnalisées: grâce à la fiabilité et la variété des données fournies par la smart data ; notamment celles issues des réseaux sociaux, la relation avec salarié devient « marketé », au même titre que l’est le parcours client. C’est donc de manière hyper personnalisées que sont traitées les items comme la gestion des potentiels, l’aspect variable des rémunération, la fidélisation et la rétention des talents etc.
- Des RH plus innovantes: les données issues de la smart data vont permettre une veille sur l’évolution des métiers et les compétences qui y seront attachées. Cela permet d’anticiper des recrutements complexes ou sensibles avec la mise en place de modèles statistiques de candidatures.

Et pour travailler sur ces données fiables primordiales pour les RH, un nouveau métier a précisément émergé ! C’est celui de « Data Scientist », fonction à mi-chemin entre les métiers du marketing et des mathématiques. Elu métier « le plus sexy » de l’année le data scientiste est, de surcroit, à l’image des RH dont il se met au service : rigoureux, innovant et pertinent !

Si cet article vous a plu, celui-ci devrait vous intéresser !

Nos articles vous intéressent ?

Découvrez les minutes RH