L'épanouissement professionnel : un enjeu majeur ?

Récemment on a pu observer une tendance à placer l'humain au centre de l'équation de l'entreprise. En effet l'épanouissement professionnel est devenu un enjeu majeur pour beaucoup de PME et de grands groupes. L'accent y est mis sur la qualité de vie au travail, élément majeur de la motivation professionnelle et de la productivité.

De ce point de vue, le bien-être au travail est considéré comme essentiel. Il conduit à réduire les risques d'absentéisme et à abaisser le taux de turnover. D'autres entreprises ont cependant encore tendance à reléguer cette problématique à un stade secondaire, préférant se focaliser sur le client ou le produit.

La gestion de carrière


Le processus de gestion des ressources humaines a évolué parallèlement à la digitalisation de l'entreprise. Des applications RH ont été créées soit pour améliorer l'efficacité et la rapidité des traitements administratifs, comme le cloud SaaS RH.  Elles peuvent aussi gérer le facteur humain et l'organisation, à l'aide de logiciels SIRH, par exemple. Automatisant certaines tâches, ces outils de gestion ont permis de décharger les services RH du travail répétitif et rébarbatif. La finalité est de leur permettre de se focaliser sur l'essentiel, c'est à dire le facteur humain. Plutôt que de se retrouver dépourvu au terme de chaque démission, les outils GPEC donnent à l'entreprise les armes pour prévoir et anticiper.

De fait, une gestion optimale de l'entreprise n'est plus laissée au bon vouloir de chaque membre du personnel. Il est désormais largement intégré dans les consciences professionnelles que le succès d'une entreprise repose en grande partie sur l'épanouissement professionnel. La productivité et la motivation suivent en effet la même courbe que l'investissement en temps et en énergie.

Le rôle de plus en plus important du DRH est de s'assurer que la pente de ces courbes soit ascendante. Il dispose pour cela de différents outils de QVT lui permettant d'accroître le niveau d'implication de ses collaborateurs. Le DRH s'occupe ainsi implicitement de leur gestion de carrière.

Bien connaître ses collaborateurs


Pour comprendre un collaborateur, anticiper ses attentes et le fidéliser, encore faut-il commencer par le connaître. Cette approche doit s'effectuer sur le double plan professionnel et personnel. Il n'existe pas de recette toute faite en terme de QVT qui soit transposable d'un profil à un autre. L'importance de la relation employeur/employé permet de déceler les signes de démotivation et d'en comprendre les raisons en temps et en heure. Des problèmes personnels physiques ou moraux peuvent en effet impacter négativement le rendement. Un manque de communication peut alors être à l'origine d'erreurs de jugement aux répercussions néfastes.

La communication verticale est également importante quand tout va bien. Elle permet de déceler les signes avant-coureurs d'une phase au cours de laquelle les choses risqueraient d'aller moins bien. Savoir ce que pense chaque collaborateur, c'est anticiper sa réaction et c'est pouvoir l'influencer. Mais c'est aussi important dans un but pédagogique, pour expliquer la politique et les objectifs de l'entreprise, afin que la ligne d'horizon soit identique pour toutes et tous.

Créer du lien social


L'ouverture sur le personnel passe également par la création d'un lien entre celui-ci et l'entreprise, SON entreprise. Il doit pouvoir s'y identifier et ressentir un fort sentiment d'appartenance au sein d'une véritable équipe.

Tel un coach sportif, le manager d'entreprise doit fédérer l'équipe autour d'une bannière commune qui est l'entreprise. Cela passe par des événements extérieurs tels que des soirées d'entreprise, des afterwork, des célébrations d'anniversaires, etc...  L'organisation de voyages en compagnie des conjoints participe aussi à rompre la ligne de séparation entre vie privée et professionnelle. On peut ainsi garantir un meilleur équilibre personnel et un épanouissement professionnel renforcé .

Se retrouver entre collègues de travail, dirigeants et employés à l'unisson hors du cadre traditionnel est le meilleur moyen de nouer des relations de complicité, de tisser des liens de cohésion et de renforcer l'attachement de chaque salarié avec son entreprise et ses composantes humaines.

Écouter les collaborateurs


Chaque employé à son poste de travail est le plus à même de pointer un dysfonctionnement ou suggérer une amélioration. C'est lui qui a « les mains dans le cambouis » et qui est donc le mieux qualifié. Son avis doit être non seulement écouté, mais également pris en compte. Valoriser l'expérience collaborateur permet de réagir instantanément de manière utile et efficace. De cette manière, on réagit avant que les conséquences négatives n'impactent le rendement de l'activité.

Un salarié doit aussi être consulté dès lors qu'il est envisagé de modifier un élément de son environnement professionnel. Lui demander son avis sur un nouveau mobilier de bureau ou sur la teinte de peinture qu'il préfère est un excellent moyen de lui faire sentir à quel point il est important aux yeux de l'entreprise.


L'épanouissement professionnel est donc un enjeu majeur de la réussite d'une entreprise. Être à l'écoute de ses collaborateurs et de leur ressenti, particulièrement dans leur secteur de prédilection, peut se révéler être un atout majeur. Plus on connaît ses salariés, mieux on peut les manager et exploiter leur potentiel. En somme, la qualité de vie au travail est un enjeu que les ressources humaines ne peuvent simplement plus ignorer.

Nos articles vous intéressent ?

Découvrez les minutes RH