Le bilan de compétences en présentiel, une pratique révolue?

Confinement, couvre-feu, gestes barrières… Crise sanitaire oblige, interagir en face à face semble être une pratique révolue, modifiant ainsi des pans entiers de nos vies sociales et professionnelles ! Le bilan de compétences est au nombre des pratiques « non essentielles » qui pourraient avoir de fortes chances d’être sacrifiées sur l’autel de la distanciation sociale. A moins que… Comme tant d’autres volets de nos vies, celui-ci soit sauvé par le digital ! Chronique de la résurrection annoncée du bilan de compétences, grâce au distanciel…

Le bilan de compétences ; de quoi parle-t-on ?

Le bilan de compétences est une démarche volontaire, qui consiste, à l’aide d’un tiers dont c’est le métier (les prestataires sont agréés et certifiés sur la base de critères définis par décret en conseil d’État), à analyser ses compétences personnelles et professionnelles, ses aptitudes, ses motivations. Le bilan vient souvent en appui d’un projet d’évolution professionnelle et, éventuellement d’une formation en lien avec ce projet. Il fait l’objet d’une convention tripartite entre le salarié, l’employeur et l’organisme externe. La convention signée entre les parties précise, le prix ; mais aussi le contenu, les objectifs, la durée et la période de réalisation, les moyens, les modalités de réalisation, et de remise des résultats du bilan de compétences. Peuvent bénéficier du bilan de compétences, les salariés du secteur privé comme du secteur public (fonctionnaires, agents non titulaires, etc.) ainsi que les demandeurs d’emploi. Pour ces derniers, la demande doit être émise auprès de Pôle emploi, de l’APEC ou de Cap emploi. Le coût du bilan de compétences est supporté par l’employeur ou Pôle Emploi, sauf dans le cas où le CPF est mobilisé.
L’objectif du bilan de compétences est, in finé, de permettre à son bénéficiaire d’apprendre à utiliser ses atouts pour être plus performant dans le cadre d’une recherche d’emploi, d’une formation ou d’une évolution de carrière.

Quel avenir pour le bilan de compétences ?

Le bilan de compétences a été conçu pour être effectué en présentiel, dans le cadre d’entretiens personnalisé. Sa durée totale est variable, elle se répartit généralement sur plusieurs semaines mais toutes séances cumulées, le bilan ne peut excéder un total de 24 heures. Il comprend obligatoirement trois phases qui se déroulent sous la conduite du prestataire retenu :


-Une phase préliminaire qui a pour objet d’analyser la demande et le besoin du bénéficiaire, de déterminer le format le plus adapté à sa situation.


-Une phase d’investigation qui doit aider le bénéficiaire à construire son projet professionnel tout en s’assurant de sa pertinence.


-Une phase de conclusion qui permet au bénéficiaire de s’approprier les résultats détaillés de la phase d’investigation, de recenser les conditions et moyens favorisant la réalisation de son projet professionnel, d’en prévoir, enfin, les modalités et étapes.


Une fois ces différentes étapes achevées, le prestataire remet au bénéficiaire les résultats détaillés du bilan de compétences, et un document de synthèse. Ces éléments restent la propriété du bénéficiaire, ils ne peuvent être communiqués à un tiers (dont, par exemple, l’employeur), qu’avec son accord.

Les vertus du bilan de compétences ne sont plus à démontrer. Bien réalisé, il permet au salarié de vérifier, par exemple, si le poste qu’il occupe est en adéquation avec ses besoins, ses compétences, mais aussi ses perspectives d’évolution de carrière. Un demandeur d’emploi pourra quant à lui mettre en perspectives, ses compétences avec celles recherchées par les employeurs.
L’entreprise retire aussi de grands bénéfices à échanger avec le salarié – pour autant que ce dernier le souhaite – autour des conclusions de son bilan, celui-ci venant nourrir la gestion des compétences au sein de l’entreprise.

Le bilan de compétences a donc encore de beaux jours devant lui, nonobstant le critère du présentiel qui pourrait conduire à sa perte, par les temps qui courent ! Fort heureusement, comme dans de multiples domaines, la révolution digitale est passée par là, et les bilans de compétences qui commençaient à émerger en format digital sont en passe de devenir la norme !


C’est ainsi que grâce aux outils coopératifs à distance, du type Zoom, Microsoft Teams, et autres skype, le bilan de conférence réalisé en visio conférence à complètement trouvé sa place. Les différentes phases sont respectées. Le prestataire se plie aux souhaits et contraintes du bénéficiaires qui choisit d’effectuer son bilan sur – ou hors – son temps de travail. Ces outils permettent, outre de se voir et de s’entendre, de partager les écrans, d’utiliser une messagerie instantanée, de projeter un support type PowerPoint, de l’annoter etc. Bref, le digital dépoussière le bilan de compétence. Il lui offre une nouvelle jeunesse tout en garantissant la distanciation sociale, et en faisant du bien à la planète en réduisant les déplacement… Le bilan de compétences en présentiel est mort, vive le bilan de compétences en distanciel !

Nos articles vous intéressent ?

Découvrez les minutes RH